Ouvrage du MichelsbergOuvrage du Michelsberg
©Ouvrage du Michelsberg |Yves Noel

Au coeur de l'ouvrage du Michelsberg

Accompagné de Rémi, guide au sein de l’ouvrage, partez pour un voyage souterrain à la découverte de la formidable histoire de cette fortification encore trop méconnue.

Rémi - Equipe Pays Thionvillois Tourisme20200124 Equipe Pays Thionvillois Tourisme 012
Rémi

Expert du territoire, passionné du patrimoine militaire, vous accompagne pour une visite guidée au coeur de l'ouvrage du Michelsberg.

Les petits + de la visite

Voir les machines-outils
et le fort reprendre vie

On adore les anecdotes du guide sur la vie des soldats

Découvrir l’histoire locale

Suivez le guide

Direction l’ouvrage pour une visite ce dimanche après-midi. Les premiers visiteurs arrivent. Le café les fait patienter jusqu’au départ. 14h30, dernier contrôle : lampe ok, laser ok, polaire ok et bonnet pour la schness ok. Faut être équipé, 13 degrés à l’année dans l’ouvrage.

Pour débuter la question de base : Avez-vous déjà visité la ligne Maginot ? Les réponses sont variées. Pour m’adapter, je fais une piqûre de rappel au groupe sur l’histoire générale et le contexte de construction de celle-ci.  Le Michelsberg est un gros ouvrage d’artillerie de la ligne Maginot. Il a été construit de 1930 à 1937. 515 hommes composaient son équipage. On trouve 1 km de galerie et 5 blocs de combat dans cette ville souterraine. L’association restaure et met en valeur l’ouvrage depuis 1993.

Dans la peau

des soldats

On s’enfonce dans les entrailles du Michelsberg. Une odeur de diesel nous transporte dans l’ambiance de l’usine ; devant nous 4 moteurs. On active la DeLorean et on se transporte 80 ans en arrière dans la peau du Lieutenant Bertoletti. On se dirige tranquillement vers l’atelier, où Georges, mon collègue, redonne vie à des machines outils. C’est grâce à celles-ci que l’on peut entretenir ce mastodonte de 6000 m². Place aux pièces de vie avec les douches, les sanitaires et la caserne. Puis, c’est l’heure de la popote, direction les cuisines. Une pour les officiers et une seconde pour la troupe.

Incontournable

Le plus gros modèle de tourelle

Prenons de la hauteur en montant de 30 mètres la cage d’escalier. Arrivés à l’étage inférieur, c’est le moment fitness pour le guide. Et oui, il faut mettre en batterie la tourelle manuellement. Ce mastodonte de 80 ans reprend vie. Elle pèse 265 tonnes, ce qui en fait la tourelle la plus imposante de cette fortification. C’est l’unique exemplaire que l’on découvre de l’intérieur dans le Nord-Est. Un étage au dessus se trouve les différentes commandes pour manœuvrer la rotation et les canons.

Des bénévoles passionnés

Ma mission dominicale ne s’arrête pas là. Le Michelsberg c’est ma drogue, c’est notre passion à tous. Au delà de l’accueil du public, d’effectuer des visites guidées, je m’occupe également de l’entretien de l’ouvrage. Nous avons divers chantiers pour améliorer le circuit de visite et restaurer l’ouvrage.

Chaque année le fort du Michelsberg fait son “marché de Noël” en proposant un vin chaud ou jus de pommes chaud dans la cuisine de troupes de l’ouvrage. Râpés de pommes de terre et knack raviront les papilles des petits et grands.

Au cœur des souterrains

Après la découverte de ses installations ultra-moderne pour les années 40, arrivée aux postes de commandement d’infanterie et d’artillerie. Véritable cerveau de cette ville souterraine pour y organiser la vie et la défense de celle-ci. Place à l’avant de l’ouvrage avec ses 5 blocs de combat. Le B6 est doté d’une tourelle pour 2 lances bombe de 135mm. D’une efficacité redoutable, elle remplira toutes ses fonctions lors des attaques contre le Michelsberg. Après 2h30, le groupe a bien mérité un café. C’est sur ce devoir accompli que se finit ma visite du Michelsberg.

ça m’interesse

Réservez

votre visite

Une visite incontournable à ne pas manquer lors de votre séjour.

A proximité

On recommande

Des guides passionnés qui vous font revivre la vie dans le fort et qui en connaissent l’histoire sur le bout des doigts

Rémi